VOTRE DEVIS GRATUIT IMMEDIAT ET SANS ENGAGEMENT


1. Champ d’application
2. Objectifs
3. Méthodes de calcul
4. Préparez la visite du technicien

> Contexte : Diagnostic de performance énergétique

Ce diagnostic immobilier s’inscrit comme les autres dans une démarche
d’information de l’acquéreur ou du locataire.

Il a pour but de permettre la comparaison de différents logements entre eux, mais
également de contribuer à la réduction de consommation d’énergie et d’émission de
gaz à effet de serre (G.E.S).

Il résulte d’une prise de conscience internationale et d’une volonté
politique européenne et donc française de préserver notre environnement
et de réduire notre dépendance à l’énergie en réduisant notre consommation
tout en augmentant notre confort.

1. Champ d’application

Il concerne :


(1) A l’exception :
• Des bâtiments non chauffés,
• Des bâtiments avec une T°<12°C,
• Des piscines et patinoires,
• Des lieux de culte,
• Des constructions provisoires ( <2 ans),
• Des bâtiments industriels et agricoles,
• Des bâtiments indépendant < 50m²,
• Des monuments historiques.


2. Objectifs

Il permet de classer les bâtiments sur la base de 2 critères :

- Des moins énergivores au plus énergivores
- Des moins producteurs de Gaz à effet de serre au plus producteurs de Gaz à effet de serre.



Etiquette énergie
L’unité comparative retenue est exprimée en Kilowattheure d’ENERGIE PRIMAIRE(1) par m² et par an (KWhEP/m².an)


(1) Energie primaire : est l’énergie nécessaire pour fournir l’énergie finale que nous consommons
Energie finale : est celle dont dispose l’utilisateur et correspond dans la plupart des cas aux quantités d’énergie que l’on peut relever sur les compteurs d’énergie

Etiquette climat :
L’unité comparative est exprimée en Kilogramme équivalent CO2)par m² et par an (KgéquCO2/m².an)



3. Méthodes de calcul

2 méthodes possibles  selon les cas:

        Méthode dite « conventionnelle »,

Pour les bâtiments et immeubles facilement modélisables en équipement, systèmes constructifs, isolation et y compris l’occupation.

Ce sont les maisons individuelles, les appartements à chauffage individuel.

Les éléments pris en compte sont :

o       Les éléments constitutifs de construction et d’isolation,

o       Le nombre de niveaux chauffés, la surface habitable,

o       La type de logement, indépendant, mitoyen, situation dans l’immeuble pour les appartements,

o       La situation géographique, l’altitude,

o       Le type et la nature des moyens de chauffage, de production d’eau chaude et éventuellement de climatisation.

Cette dernière peut provoquer des écarts entre la réalité des factures  et le calcul obtenu.

Plusieurs raisons à cela :

      Conditions standards d’utilisation : c'est-à-dire que l’on considère que le logement est chauffé tous les jours de la semaine à une T° moyenne de 19° C pendant 16 heures et d’environ 16° C pendant le reste du temps. On considère toutefois que le logement n’est pas chauffé durant une semaine pendant la période de chauffe.

      Température intérieure et scénarios d’occupation,

      Données météorologiques,

      Le confort personnel,

      Le comportement

        Méthode dite « sur facture »,

Par le calcul de la moyenne des 3 dernières années des énergies finales consommées par an et par type d’énergie, par le bâtiment pour le chauffage la production d’eau chaude, éventuellement la climatisation.

Cette méthode s’applique aux bâtiments difficilement modélisables.

Ce sont les bâtiments avec chauffage et production d’eau chaude collectifs, appartements dépendant de systèmes collectifs, bâtiments du secteur tertiaire, immeubles de bureaux.



4. Préparez la visite du technicien

        Méthode conventionnelle :

Préparez tous les renseignements concernant le bâti,  nature des murs, épaisseur  et type d’isolation des murs, planchers, plafonds.

Si vous avez réalisé des travaux d’isolation préparez les factures.

            

        Méthode sur facture :

Procurez vous auprès de votre syndic de copropriété les factures d’énergie chauffage et production d’eau chaude des trois dernières années ainsi que le nombre total de « tantièmes » de l’immeuble et celui de votre logement.